Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/"Les moutons de Panurge"
Zone Membre
Publicités

"Les moutons de Panurge"

Publié le 08/08/2019
"L Q O" Raïna Raïkoum : 7/08/19 Les moutons de Panurge, par Moncef Wafi «Même si le ciel pleuvait la liberté, tu verras certains esclaves porter des parapluies», Platon. Le monde arabe, ou ce qui s'en approche le plus, a ce quelque chose de vraiment pathétique, de bas, lorsque les peuples s'habillent de la toison du mouton de Panurge. Quand la voix du plus fort devient celle du plus juste, lorsque celui qui menace est désormais source de sagesse. Sans exception, les populations arabes courent derrière le maître du moment, celui qui détient les rênes du pouvoir dans une poigne d'acier, qui fait et défait les bourses, qui emprisonne et distille les bonnes notes du nationalisme. Aussi ces populations n'hésitent pas à revendiquer un statut d'esclave alors que l'opportunité leur offre une autre voie, celle d'un sentier, certes ardu, mais qui finit par mener vers la liberté. Ainsi, lorsque la voix s'élève, on se dépouille vite fait de sa tunique de citoyen et on remet les vieux habits du colonisé par son propre sang, prêts, à genoux, à idolâtrer une nouvelle photo. Et ils sont nombreux ces moutons de Panurge à bêler bêtement, méchamment, jusqu'à n'en plus pouvoir, pour couvrir les autres voix, afin que le maître les remarque, les récompense en ne les égorgeant pas les jours de marché. Ce sont ces troupeaux qu'on lâche pour servir d'alibi, de prétexte à une occupation du terrain, de faire-valoir du système en vigueur. Des moutons dont la présence colonise la place, qui se croient investis de la mission de protéger le berger même si ce dernier les conduit droit vers l'abattoir. Leur condition est toujours de servir les intérêts de quelqu'un, d'un clan, d'un cadre, d'une paire de rangers, parce que tels des rémoras ils mangent dans le sillage de la bête, se contentant des miettes de repas et des restes de festins à partager entre le troupeau. Et ces moutons dociles sont les plus dangereux de la ferme, car ils faussent le jeu et trichent pour le seul bien du fermier. Ils deviennent cannibales, capables de mordre à la carotide pour peu qu'on leur intime l'ordre de le faire, puis courent se cacher derrière le chien de garde. Cette engeance a de tout temps existé dans les fermes totalitaires. Et pour prétendre à une quelconque émancipation du système autogéré, il faut apprendre à les tondre. Si cela ne suffit pas, alors il faut les préparer pour la fête du Sacrifice".
« Actualité précédente
"Confidentiel. La famille du général Ghali Belkecir fuit l’Algérie pour rejoindre Barcelone"
Actualité suivante »
"Benamor, Sahraoui, Tliba et les autres : ces oligarques qui attendent leur tour pour être jugés"

Les Commentaires

Excellente analyse Moncef Wafi, bravo!
En effet,quand vous avez une partie de nos concitoyens qui ne sont pas instruit des ruses de l'oligarchie actuelle qui tente par tous les moyens de s'agripper au pouvoir, des concitoyens qui n'ont pas le sens de la critique, des gens girouette parce que facilement manipulables à cause justement de leur manque de discernement qui les empêche de démêler le vrai du faux, qui les gêne tel un handicap à identifier les manoeuvres dont ils sont souvent les jouets entre les mains de ces habiles manipulateurs qui cherchent par tous les moyens de reprendre la main. Cette partie de nos concitoyens ne peut malheureusement pas, dû à son manquement de jugement et d'esprit critique percevoir les enjeux qui la dépassent au détriment très souvent de ces propres intérêts. Elle se laisse facilement influencer, comme un agneau docile, sans jamais se demander où elle va.
Quand vous avez des gens qui ne saisissent pas le sens et la portée de la démocratie et ses retombées bénéfiques sur leur quotidien qui changera radicalement beaucoup de choses de leur misèrable vie, des choses inaccessibles qu'ils n'ont jamais connu jusqu'ici. Parce que tout simplement, ces gens n'ont jamais goûter à la liberté. La vraie ! Ils n'ont jamais eu Le droit de donner librement et sans crainte leur avis ou leurs opinions sur quoique ce soit. Ils n'ont jamais eu l'opportunité de participer à l'édification d'un état de droit, parce qu'on ne leur avait jamais appris cela. Ils sont passés des mains du colonisateur aux mains des dictateurs qui lui ont succédé.
Donc on les a habitué à la domination des maîtres, à obéir aux ordres sans broncher, à subir la tutelle de tel ou tel puissant. On décide pour eux, on décide à leur place comme s'ils étaient éternellement des majeurs handicapés. Cette partie de nos concitoyens trouve cela tout à fait normal parce qu'elle ne connaît rien d'autre que ce qu'elle avait connu depuis toujours.
Le précédent commentaire estsigné Ricrac.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires