Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. El Kerma : Chômage, misère et désolation
Zone Membre
Publicités

Annaba. El Kerma : Chômage, misère et désolation

Publié le 23/09/2009

Située dans la plaine de la Seybouse et traversée par la route nationale (RN) 21 menant à Guelma, la localité d’El Kerma, dans commune d’El Hadjar, vit le chômage, dans un cadre de vie dégradé et démuni d’espaces récréatifs. Bref, dans la désolation. Son quotidien continue d’être fait d’aléas, comme si elle était acculée à subir son sort telle une fatalité.

Déjà trop peu nantie par la nature, cette commune rurale compte parmi les victimes du terrorisme. Vieux village datant de l’époque coloniale, El Kerma qui se distinguait naguère par sa contribution appréciable dans les productions agricoles notamment dans les filières de la céréaliculture et des cultures industrielles (tomate, soja, betterave sucrière, luzerne, coton…), est devenue aujourd’hui un lieu livré à lui-même. Il ressemble à un vaste chantier où le béton grignote progressivement ses terres agricoles parmi les plus fertiles de la plaine de Annaba, avec comme conséquence l’augmentation du taux de chômage touchant la majorité de ses habitants en âge d’activité. Jeunes et moins jeunes sont des demandeurs d’emploi. Les perspectives ne daignent pas s’ouvrir, notamment depuis que les investisseurs potentiels ont déserté la région. En attendant des jours meilleurs, c’est l’agriculture qui absorbe l’essentiel de la main-d’œuvre, et encore elle est jugée très minime par rapport à la demande. La descente des jeunes sans emploi sur la ville d’El Hadjar où ils avaient organisé tout récemment un sit-in devant le siège de l’assemblée populaire communale dans le but de réclamer de l’embauche et d’interpeller les élus sur une distribution équitable des contrats de travail aux localités de la commune, représente un signal fort en ce qui concerne les conditions de vie difficiles auxquelles font face ses habitants.

Ces jeunes ont ainsi exprimé leur ras-le-bol vis-à-vis de la malvie les rongeant à cause de leur marginalisation qui dure depuis longtemps. De l’extérieur, El Kerma offre un cadre de vie à la fois désolant et lugubre. Un de ses deux groupements d’habitations distincts, celui situé à droite de la route nationale 21 en allant sur Aïn Berda, est envahi par les eaux de pluie et la gadoue. Les routes en bitume et les trottoirs sont également inexistants dans ce lotissement abritant un cimetière qui accueille les morts des quatre coins de la wilaya. Si l’eau potable et l’électricité y sont disponibles, ses habitants attendent toujours le gaz de ville tant promis. La localité d’El Kerma manque également de structures commerciales. Ses habitants sont contraints de faire leurs emplettes au niveau des marchés des villes de Annaba et d’El Hadjar. Le club de football qui évolue dans le championnat de wilaya, ne suffit pas aux jeunes d’El Kerma d’exprimer leur talent en l’absence d’espaces récréatifs où ils pourront mettre en valeur leur savoir-faire et passer leur temps libre, notamment pour les collégiens et écoliers. Les gens d’El Kerma disent que leur localité a été de tout temps le parent pauvre par rapport aux groupements épars de la commune d’El Hadjar.

Leïla Azzouz [EL WATAN - 23-09-09]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Ramadhan, rentrée scolaire, Aïd El Fitr
Actualité suivante »
Annaba. Affaire de Akram Hamza: Une commission d’enquête des forces navales

Les Commentaires

Ca, c l'Algerie sous le regne de l'Empereur Boutef. En tt cas, on vit dans 1 bois et pr survivre, il fo se plier ou etre tuer!
Leila Azouz a bo ecrit et crie a maintes fois, Mais, elle seule, ne peut rien faire face a ts c corrompus de la Coquette et + particuliermnt le Maire et le chef de Daira d'El-Hajar, C 2 rekins-la st habitues a ds tchipas trs trs larges, alrs ils s'en foutent ps mal ds medias, ds povres citoyens, ds chomeurs et mm de l'etat ds localites de lr Daira... C degueulasse!
La seule solution est de creer ds entreprises. Pr c faire, il fo absolumnt dereglementer le travail completemnt en Algerie, et laisser tt le monde travailler kom il veut: ke ls jeunes creent lr "boite" dans ts ls domaines, sans avoir sans arret l'Etat sr le dos. Et pourtant, la vraie solution, c le liberalisme, le vrai, c'lui ki cree en respectant l'homme. C-a-d l'enrechissemnt prsnel!
-V'la: si 1 jeune doit monter son entreprise, se mettre a son compte, il lui fo 1 raison serieuse de le faire. La meilleure, deps ke le monde est monde, c de s'enrichir, d'ameliorer sa vie, de prier, d'aller faire ds Omra chake annees ou 1 Hajja, ou-bien de boire ls meilleurs vins, de manger dans ls meilleurs restos, de conduire ls meilleures voitures, d'avoir 1 G'maison trs confortable, de faire ds voyages en 1ere classe, d'avoir ds biens physikes valorisant et de grande valeur inherente.
C ossi pouvoir aller o theatre, o stade, avoir 1 excellent systeme de home-cine ki apporte a la maison ttes ls meilleures choses sonores, musicales, filmees.
La solution est donc la liberte d'entreprendre, la creativite dans ts ls domaines, et la fin de l'Etat tt puissant: mettre son avenir dans ls mains de qlqs politiciens et generos, c accepter de vivre sous ds gnostikes politikes ki decident pr ns.
Je me demande: Vit-on mieux en Algerie deps ke c 1 regime dictatorial?
Vivrait-on mieux si on y avait 1 vraie democratie, ou du moins 1 gouvernmnt non dictatorial?
J'ne sais ps... Mais, il est possible de demander l'aide a Mr Maamar Farah, lui c 1 connaisseur et il a 1 langue bien pendue et a ossi le gout...... de l'alcool!
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires