Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Les 4 bidonvilles de Sidi Amar continuent leur extension
Zone Membre
Publicités

Annaba: Les 4 bidonvilles de Sidi Amar continuent leur extension

Publié le 31/07/2013
Plus de 500 nouvelles baraques depuis le recensement de 2007 -  Le recensement de 2007, fixé au niveau national comme date-butoir dans le but d’éradiquer les bidonvilles, ne semble pas concerner notre wilaya, où, pratiquement chaque jour de nouvelles baraques voient le jour, qui viennent se greffer aux dernières construites quelques jours plus tôt. La situation est réellement explosive au vu des proportions tentaculaires que prennent ces ghettos. A Sidi Amar, les 4 bidonvilles qui comprenaient 200 cabanes se sont agrandis de 500 nouvelles unités, avec leur lot de précarité et de problèmes sociaux. Sur le site n° 2 par exemple, tous les habitants du bidonville étaient recensés dans le programme de l’habitat rural, en 2005. Depuis, ces habitants ont été relogés, et deux nouvelles générations ont accaparé, les unes après les autres, ces baraques qui sont automatiquement revendues aux nouveaux venus. Au fur et à mesure que l’Etat reloge, le bidonville se remplit à nouveau. A voir la configuration du site, aucune baraque n’a été détruite, ou une nouvelle a immédiatement repris la place de l’ancienne. Une situation très préoccupante à plus d’un titre, ou plutôt un cercle vicieux que rien ne semble pouvoir briser, devant la fuite en avant des autorités. Mais l’exigüité des logements uniformément des F3 (entre 65 et 70 m2) qui sont cédés aux familles nombreuses sont aussi, d’après des élus de cette APC, à l’origine de cette explosion de la demande qui ne semble jamais diminuer, au contraire. « Quand un fils se marie dans une famille nombreuse, où peut il aller sinon dans une baraque ? Le F3 du social ne suffit même pas à la famille restante, et le fils doit impérativement avoir son propre logis. » Un problème apparemment insoluble, et qui va durer dans le temps, défigurant les abords des villes, et qui ne semble pas être perçu à sa réelle mesure, à voir qu’aucune mesure n’est prise pour le juguler. «Ce problème concerne essentiellement les communes d’Annaba, Sidi Amar et El Bouni, et il est n’est pas possible d’intervenir, du moins pour le moment. Les gens montent leurs baraques la nuit pendant le week-end, et comme ils n’arrivent jamais seuls, ils installent près d’eux qui un fils marié, qui un cousin. Le dimanche matin, il est là avec toute sa famille et ses enfants. » a souligné le maire, pour qui ce phénomène relève d’une véritable fatalité. Ajoutons, comme l’avait annoncé il y a quelques semaines la présidente de la commission du logement et de l’urbanisme de l’APW, « tout site qui est évacué lors des recasements, sera automatiquement clôturé. L’Etat va récupérer ces surfaces accaparées pour y construire des infrastructures publiques. » La dernière distribution de Sidi Salem devrait être le premier exemple de cette décision. Mais une fois les listes de 2007 épuisées, qu’adviendra t’il des milliers de nouveaux venus qui sont aujourd’hui tolérés et qui continuent à arriver sur les sites ?

 L'EST - 31/07/2013 - Farida H.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Coupures d’Electricité - Sonelgaz accuse les entreprises chargées des projets
Actualité suivante »
Annaba: Chantiers - Le budget complémentaire consommé avant fin 2013

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires