Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Premier pas vers le recouvrement du foncier public à Sidi ...
Zone Membre
Publicités

Annaba: Premier pas vers le recouvrement du foncier public à Sidi Salem

Publié le 05/08/2013
Clôture du terrain évacué par les ex-occupants de l’ex-“SAS”  -  S’achemine-t’on enfin vers l’éradication définitive des bidonvilles ? En tout cas, un premier pas a été fait en ce sens à Sidi Salem, où une clôture vient d’être installée tout autour du terrain occupé par les baraques de la SAS détruites par leurs anciens occupants lors de la dernière attribution de logements sociaux. La rigueur a prévalu, et on est désormais loin des situations incroyables où ceux qui viennent de recevoir les clés d’un nouveau logement sortent dans la rue pour empêcher les autorités de détruire leurs cabanes, qu’ils projettent de vendre à des nouveaux venus. « Celui qui refuse de démolir sa baraque, sera automatiquement privé de logement social. Nous sommes très solidaires sur ce point. Les assiettes ainsi dégagées serviront à l’implantation de structures publiques » nous avait assuré dernièrement la présidente de la commission de l’urbanisme de l’APW, et le pari a été tenu. D’après nos sources, les bidonvilles (qui ne cessent cependant pas de se développer à l’arrière des sites) occuperaient aujourd’hui plusieurs centaines d’hectares que la wilaya voudrait recouvrer en instaurant une politique de fermeté lors des opérations de recasement qui se font aujourd’hui dans le calme et la bonne humeur, comme ce fut le cas en plein Ramadhan à Sidi Salem. D’un autre coté, les inscriptions et la préparation des dossiers dans le cadre du programme de logement rural « nouvelle formule » bat son plein dans les communes limitrophes où un premier quota de 1000 dossiers a déjà été déposé auprès des services compétents pour une première vérification des informations. Pour les candidats à ce type de logement, le seul écueil réside dans le fait qu’il faut nécessairement être originaire de la commune concernée pour prétendre à un logement rural, une condition qui empêche les citadins désireux de vivre à la campagne, d’avoir un toit dans une des communes concernées, comme le déplorent de nombreux citoyens. Pour des responsables des communes, cette formule « va permettre aux campagnards de s’implanter dans leurs localités, et réduire, un tant soit peu la lourde pression exercée sur la daïra du chef -lieu de wilaya en matière de demandes de logements encore à étudier, qui se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers ». Des listes qui comportent en grande partie, des noms de personnes originaires des communes éloignées comme Tréat, Chorfa Ain- Berda, Chetaibi, Oued el Aneb, et qui se sont inscrits d’emblée dans le programme rural.

L'EST - 05/08/2013 -
Farida H.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Guerre déclarée contre les faux investisseurs
Actualité suivante »
Annaba: Soirées culturelles - Hommage rendu au poète Kamel Derdour pour le 40ème jour

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires