Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Certificat de résidence - Pénurie d’imprimés
Zone Membre
Publicités

Annaba: Certificat de résidence - Pénurie d’imprimés

Publié le 14/11/2013
« Je n’arrive pas à compléter mon dossier administratif en raison du manque d’imprimés de certificat de résidence au niveau de l’antenne de l’APC, dont je dépends. Cela fait une semaine que dure cette situation». Cette boutade est sortie de la bouche d’un quinquagénaire qui ne parvient pas à retirer ce document. Désolation des uns, exaspération des autres. Telle est l’attitude affichée par les citoyens que nous avons rencontrés au niveau de certaines antennes bondées de monde, où les pickpockets et les bagarres sont légion. Nombre de personnes qui se sont présentées devant les guichets et qui sont rentrées bredouilles, regrettent cette situation qui n’honore pas l’administration. Et, pour en savoir plus, nous avons questionné un employé travaillant au niveau de l’antenne d’Oued Forcha et qui a requis l’anonymat, il reconnaît de ce fait qu’il y a un manque flagrant en matière d’imprimés de certificat de résidence. « La quantité de cet imprimé que nous fournit le service de l’état civil ne peut suffire en raison du nombre important des demandeurs de certificat de résidence ». C’est la raison pour laquelle, certains citoyens accusent l’administration, d’autres par contre rejettent la responsabilité aux antennes qui ne soucient guère des administrés qui continuent de souffrir le calvaire dès qu’ils ont affaire avec celles-ci. « On n’en finit pas avec la paperasse », nous dit-on avec amertume. Devant cet état de fait et au  moment où les pouvoirs publics mettent tout le paquet pour améliorer le service public et lutter contre la bureaucratie qui constitue un frein pour la modernisation de l’administration, les choses semblent au point mort puisque certains responsables locaux ne veulent pas que la situation administrative s’améliore. En quelque sorte ils sont les partisans du statu quo. « Pour renverser la tendance et pour les secouer, il faut donner un coup de pied dans fourmilière », nous dit-on encore avant de conclure par une note d’optimisme : « Nous vaincrons le mal, ce fléau social qui nous ronge ».   

L'EST - 14/11/2013 -
Nejmedine Zéroug

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: Chambre de l’artisanat et des métiers- Plus de 3600 porteurs de projets devant la commission technique
Actualité suivante »
Annaba: Quartier le plus propre - La DGSN organise un concours

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires