Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Corail-Mafia, braconnage et destruction
Zone Membre
Publicités

Annaba. Corail-Mafia, braconnage et destruction

Publié le 17/04/2007

Pêche du corail sur la façade maritime est - Le pillage du corail se poursuit toujours sur les côtes de la façade maritime de l’est du pays. Le constat est unanime. Il émane des plongeurs de corail, des patrons corailleurs et des artisans bijoutiers spécialistes du travail sur ce type de produits de la mer.

Très demandé, ce produit est de plus en plus rare sur le marché national. Ce même produit algérien est par contre disponible en quantité importante en Tunisie et en Italie. Disponibilité que rien ne justifie, quand on sait que la pêche du corail a été interdite sur toutes les côtes algériennes pour 15 années. Elle se poursuit avec ampleur dans la clandestinité, notamment à l’est où elle représente un gain évalué à plusieurs centaines de millions de dinars/an. Annaba, El Kala et Collo représentent les zones privilégiées pour la pêche illicite du corail. Le trafic est dirigé par une mafia bien structurée qui dispose de ramifications en Algérie. Ses principaux animateurs sont installés à Toré d’El Greco en Italie (le plus important dépôt de corail du monde), Annaba (capitale du trafic), El Tarf et Collo (régions productrices) en Algérie. Ils sont au fait du moindre mouvement, information ou activité de pêche et de contrôle des « filons » de corail. Les membres de cette mafia sont déjà informés des premières conclusions de l’étude du potentiel coralifère de nos côtes. Ces conclusions ont été établies par un bureau d’études étranger. Actuellement, nos frontières terrestres et maritimes de l’extrême est du pays ressemblent à une passoire. Les trafiquants de corail y « naviguent » pour acheminer impunément le corail algérien clandestinement pêché vers la Tunisie. Dans ce pays, le corail est transformé en produit semi-fini avant d’être exporté vers l’Arabie Saoudite via l’Italie. Le corail algérien est très demandé auprès des braconniers qui le cèdent à des prix variant de 60 000 à 70 000 DA/kg. Il est aussitôt rétrocédé outre-mer à quatre fois plus. « Les Tunisiens prennent notre corail brut, le meilleur au monde. Ils en tirent profit en l’exportant en Europe. Il est également disponible en Tunisie où il est recherché par les touristes », explique Mohamed Larbi H., un bijoutier de Annaba. Non seulement les braconniers pillent nos côtes, ils saccagent également les pépinières coralifères en utilisant des techniques de pêche archaïques comme la Croix de St-André. « Cette technique consiste à attacher à l’hélice une croix pour racler tous les arbrisseaux de corail. Ces arbrisseaux sont détruits et ne peuvent plus se reproduire », affirme Rafik B., ancien pêcheur de corail à El Kala. La dernière affaire portant sur la cession de 20 kg de corail brut pêchés par 3 embarcations de Annaba au large d’El Kala fait actuellement grand bruit. Cédée aux Tunisiens de Tabarka à 1500 dinars tunisiens/kg (8000 DA au cours du marché parallèle), cette quantité a fait le bonheur d’un certain Antonio, un Italien bien connu du milieu des trafiquants du corail installé en Tunisie. Il faut savoir que les Italiens sont les meilleurs ciseleurs du corail algérien issu de la contrebande et qui leur a permis d’engranger des fortunes.

El watan > 17/04/07 > N. Benouaret


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Festival de théâtre, levée de rideau
Actualité suivante »
Annaba. Trafic de timbres fiscaux

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires